FFC
Français
English

Le GTFM Véhicules Électriques poursuit sa route

07 Février 2019

La quatrième et la cinquième réunion du GTFM se sont tenues en décembre et janvier dernier. Au menu, les résultats de deux études, et la poursuite des présentations des offres des participants en termes de véhicules, batteries et chargeurs.

La quatrième réunion du GTFM Véhicules électriques, le 12 décembre dernier, a débuté par une présentation de Madame Sarah CHAUDEURGE, Adjointe à la cheffe du bureau des véhicules lourds de la DGEC, portant sur le cadre règlementaire de la réduction des émissions polluantes et CO2 des véhicules lourds.

Il ressort que, dans le cadre de l’objectif de "verdissement" des flottes de véhicules lourds, un projet de règlement européen était en cours de négociation au moment de la réunion du GTFM VE, concernant la surveillance des émissions et les modalités de transmission des données. La position française est en accord avec les objectifs de réduction de 15 % en 2025 et de 35 % en 2030 (1).

Puis Eric PONCET de la société IVECO a présenté l’offre véhicules électriques de la marque, avant de laisser la parole à Sophie TRICAUD de la société FORSEE POWER qui a décrit l'activité de son entreprise, sur les batteries pour VE. Le constructeur français propose les 3 types de technologie permettant de couvrir les différents profils d’exploitation. Des solutions de financement sont également proposées en partenariat avec la Caisse des dépôts.

Lors de la 5ème réunion du 15 janvier, la PFA (Plateforme de la Filière Automobile et Mobilités), a présenté une étude sur "l'évolution du mix technologique et des émissions de CO2 des VI à horizon 2035". Cette étude a été réalisée par le BIPE, et s’inscrit dans le développement de l’électromobilité qui est l'un des 4 axes le cadre du contrat stratégique de filière, signé en mai 2018 par l’Etat et la PFA.

L’étude aborde plus précisément les coûts d’usage, ainsi que les intentions du marché, en fonction des types de motorisation (16 types pour les VL et 9 pour les PL). Deux facteurs clés ressortent : le renforcement des normes sur le diesel va très significativement accroître son coût d’utilisation d'une part, tandis que le coût des batteries va très sensiblement diminuer en raison de l’accroissement des volumes. L’étude confirme entre autres la pertinence économique de l’énergie électrique à horizon 2020-2021 pour les autobus et les véhicules de livraison urbaine.

Puis Georges LANES (DAF) a présenté la gamme véhicules électriques de la marque et  ses trois principales solutions : un porteur 19T de 270 CV, batterie 220 kWh et 220 km d’autonomie en électrique pur (recharge complète lente en 8H environ et surcharge batteries de 1.5 T) ; Un tracteur PTRA 37T, 290 CV, batterie de 170 kWh et 100 km d’autonomie (recharge rapide : 80% en 30 mn de charge et complète en 1h30, surcharge batteries de 2.5 T) ; Un tracteur PTRA 44T hybride technologie ZF, plug-in avec moteur diésel de 450 CV + moteur électrique de 180 CV, batterie lithium-ion de 85 kWh et autonomie en électrique pur de 30 à 50 km (recharge rapide à 80% en 20 mn et complète en 30 mn, surcharge batteries de 2.5 T).

A son tour, Alexandre DESNEUX a présenté l’offre "batteries" de BLUE SOLUTIONS, qui propose principalement une batterie solide plastique polymère avec absence de cobalt et de terres rares. BOLLORE apporte par ailleurs une garantie à l’utilisateur sur l’autonomie des batteries en fonction du type d’usage.

Enfin, c'est Eric MURET qui a présenté l’offre "chargeurs" de la société ABB. La capacité des batteries en augmentation permanente permet de prévoir qu’en 2020-2021, l’autonomie sera de 400 km pour 70 kWh. Ainsi, ABB développe différentes solutions comme le chargeur embarqué sur le véhicule, ou encore l’infrastructure de recharge partagée entre différents véhicules.

Les participants se sont quittés sur la mise à disposition d’une plateforme informatique accessible sur internet avec leurs éléments d’accès personnalisés, leur permettant à tous, d’apporter leur contribution rédactionnelle en vue de l’élaboration du livre blanc. A ce jour, une vingtaine de participants y ont un accès validé.

(1) Pour information, ce projet a depuis la réunion, fait l’objet de la signature du RÈGLEMENT D'EXÉCUTION (UE) 2018/2042 DE LA COMMISSION le 18 décembre 2018, modifiant le règlement d'exécution (UE) 2017/1152 afin de clarifier les conditions d'essai WLTP et d'assurer la surveillance des données de la réception par type.